Nous sommes Aucklanders

auckland N&B
Auckland en contre-jour.

François – le 16 août 2018

C’EST FAIT ! Nous avons, entre mardi 7 et jeudi 9, ingurgité les 19800 km qui séparent la France de la Nouvelle-Zélande. 27 heures d’avion et trois escales plus tard, nous voilà à Auckland. C’est là, dans cette ville, de toute part entourée d’eau, où nous allons poser nos valises pendant un an.

Surnommée Tamaki-Makau-Rau – la vierge aux cent amants – Auckland n’est pas la capitale du pays ; c’est Wellington, ville également située dans l’île nord, mais à l’extrémité sud (voir carte). Auckland est en revanche la ville la plus peuplée avec près de 1,5 million d’habitants, pour un total de 4,7 millions.

IMG_3003
Auckland City voit se lever plusieurs tours vers le ciel.

Pourquoi Auckland ? Nous avions un temps imaginé nous établir à Wellington ; plus centrale pour explorer un coup l’île nord, un autre l’île sud. Et c’est au final Martin, notre fils de 8 ans, qui nous a « invités » à choisir Auckland comme camp de base. Car le petit Tintin, il n’était pas vraiment partant pour venir dans les bagages de ses parents. « Moi, je veux pas y aller en Nouvelle-Zélande. » Bon, mon p’tit gars, faut qu’on t’explique un truc…

Pas tout à fait stupide, le lascar a vite compris qu’il ferait parti du voyage, dut-il faire le trajet dans la soute de l’avion. De notre côté, nous, ses parents, nous avons saisi qu’il ne fallait pas en trop en rajouter dans le côté déracinement. C’est donc dans une école où l’enseignement est à la fois dispensé en anglais et en français que Martin va passer son année.

Laura, 12 ans, elle, n’avait qu’à suivre. Un collège situé à deux pas ferait l’affaire, la louloute étant plus souple – peut-être plus inconsciente aussi ! – elle va baigner, peut-être, surnager dans un premier temps – dans un établissement 100 % anglophone. Enfin presque 100 %, puisque quelques élèves et professeurs parlent eux aussi la langue de Molière.

La mer omniprésente

Auckland, posée dans le golfe de Hauraki est entourée d’eau. A droite, à gauche, devant, derrière, la mer y est omniprésente. En seulement quelques jours, on comprend mieux comment l’aiguière d’argent saluant les victoires en voile dans la Coupe de l’America se plait si bien dans cette ville également appelée City of sail.

Nous n’avons pas élu domicile à Auckland City, coeur de la ville avec son emblématique Sky Tower tournée vers le ciel, mais dans le quartier de Birkdale, au nord de la ville, à proximité des écoles des enfants. C’est à un gros quart d’heure du centre-ville en voiture. Birkdale fait partie de ces nombreux quartiers qui était jusqu’à il y a peu des communes indépendantes et qui aujourd’hui font partie d’Auckland.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s